Au Cloître, la foi dans le social

Au Cloître, la foi dans le social 677 380 Le Cloître Marseille

Si les quartiers nord de Marseille tiennent encore beaucoup de l’épouvantail, leurs atouts tendent pourtant à se multiplier. Bonne pioche que cet ancien couvent devenu un village d’entrepreneurs sociaux qui fait rimer business avec insertion. La preuve ? Cinq ministres s’y sont déjà invités !

On n’arrive pas au Cloître par hasard. D’abord, si vous avez l’habitude d’utiliser Waze comme GPS, vous atterrirez à quelques mètres à vol d’oiseau mais au mauvais endroit, dans un cul de sac au pied d’une cité. Un coup de fil ou une bascule sur Google map vous remettront dans les bons rails. Mais vous êtes peut-être adepte du bus… et vous avez bien raison.
Cette nouvelle « place to be » des quartiers nord de Marseille est un lieu improbable : un ancien couvent de bonnes dimensions (6 000 m² dont 4 000 rénovés) devenu un village d’entreprises à vocation sociale. Le tout prolongé par un terrain de six hectares en partie exploité par Le Paysan Urbain (entreprise agricole qui cultive les micro pousses tout en favorisant l’inclusion de personnes en difficulté – relire notre article).
On doit ce projet à un homme qui pourrait tenir du père supérieur. Pourtant, ni soutane ni chapelet en sautoir pour Arnaud Castagnède. Juste la foi dans l’insertion chevillée au corps. Et de l’énergie à revendre.

Une vocation d’entrepreneur social

Ingénieur-cartographe de formation, il fait ses premières armes entre Guyane, Brésil et Surinam. Imaginant sur place d’édifier des bâtiments selon les règles de construction ancestrales des Amérindiens, créant à cet effet des chantiers-écoles avec les Compagnons du Devoir.
Arrivé à Marseille en 1997, Arnaud Castagnède y crée Acta Vista, entreprise de l’ESS qui favorise la réinsertion des chercheurs d’emploi en les formant à la rénovation de monuments historiques (lire notre article sur le sujet), qu’il cède en 2015, d’autres idées en tête.
Membre du réseau Ashoka, l’homme envisage de réunir des entreprises à dimension sociale positionnées sur des filières porteuses, soucieuses d’intégrer dans leurs équipes des jeunes à former.
Ce sera au cloître Saint-Jérôme : le lieu, qui appartient à la fondation des Apprentis d’Auteuil (lire notre article), réunit toutes les qualités nécessaires. Entre 2015 et 2017 s’effectuent le montage du projet et la recherche des résidents. S’ensuivent 14 mois de rénovation.

Douze structures de formats divers forment aujourd’hui l’ossature de ce cloître vibrionnant comme une ruche, dont l’entreprise de compost Les Alchimistes, le Paysan Urbain évoqué plus haut, le spécialiste du tri sélectif Lemon Tri…
Cinq ans après le début de l’aventure, voilà les bureaux tous occupés, des effectifs au grand complet quand le nouvel institut thérapeutique éducatif et pédagogique de l’Association régionale pour l’intégration des personnes en situation de handicap ou en difficulté (ARI) accueillera sa première promo, cet été.
« Il est important d’intégrer la différence, insiste Arnaud Castagnède, chaque entreprise pourra proposer des séquences découverte ou formation à ce public ».
Mais aussi un restaurant ouvert sous la houlette du chef Michel Portos, « un chef engagé, dont la cuisine repose sur des produits locaux et bio et qui fonctionne avec du personnel du territoire nord de Marseille qu’il forme et qualifie, qu’il sensibilise aussi à l’éthique et aux gestes écoresponsables ».

En avril 2019, visite de Muriel Pénicaud, ministre du Travail.

Dédiée aux publics fragilisés (demandeurs d’emploi, réfugiés, handicapés, femmes…), l’école de codage Simplon qui n’avait pas encore de locaux dans la région, a été la première à investir l’espace – sur les 600 m² loués, la moitié a été aménagée à ce jour.
« Nous établir dans un lieu pareil m’a semblé vraiment emblématique, témoigne sa directrice, Laurence Bricteux.
D’autres entreprises hébergées font aussi de la formation, avec les mêmes valeurs, les mêmes problématiques. Nous sommes complémentaires, nous échangeons et profitons de l’émulation ambiante. »
Son équipe de 17 salariés accueille au quotidien de 70 à 90 personnes en formation.
« Nos salles se situent à côté du restaurant, les clients nous découvrent, posent des questions », se réjouit-elle encore.

Façon écosystème

Les locataires du Cloître bénéficient par ailleurs des dispositifs développés par Apprentis d’Auteuil, qu’il s’agisse d’identifier les publics, de former, de lever des aides… Les projections portaient sur 200 personnes intégrant un parcours professionnel la première année. Objectif dépassé avec 250 contrats en cours, majoritairement signés avec des 17-30 ans.

Comme le rappelle une plaque fixée à l’extérieur du bâtiment, la rénovation de l’ensemble a coûté 3,5 millions d’euros, abondés par la fondation Apprentis d’Auteuil (2,15 millions d’euros) et l’Union Européenne via son Fonds Régional de Développement Économique (FEDER Région Sud) à hauteur de 1,35 million d’euros. Mais le recours à de l’argent public s’arrête là. Désormais les ressources sont essentiellement locatives – loyers des résidents, location d’espaces événementiels, de salles de réunion, organisation d’événements.
« Le moteur de ce projet social doit être l’économie des entreprises impliquées. Afin de prouver qu’intégrer des jeunes en formation tout en développant du business, c’est possible ! »

 

source: marcelle
Préférences de confidentialité

Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il est à noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience sur notre site Web et sur les services que nous pouvons offrir.

Activer/Désactiver Google Analytics
Activer/Désactiver  Google Fonts
Activer/Désactiver Google Map
Activer/Désactiver Vidéos intégrés
Notre site Web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences de confidentialité et / ou acceptez notre utilisation des cookies.